politieke moord op mensenrechtenactiviste marielle franco roept vragen op over georganiseerde executies door de politie / political murder of human rights defender marielle franco raises questions about  death squads 

(NL): Marielle Franco - een veelbelovende, jonge, zwarte politica en mensenrechtenactiviste uit Rio de Janeiro’s sloppenwijken - werd brutaal vermoord op 15 maart. Zij werd vanuit twee verschillende wagens beschoten, 11 kogels raakten haar. Mensenrechten organisaties, civiele bewegingen en de gerechtelijke onderzoekers twijfelen er niet aan dat het hier om een geplande executie gaat, deze werd waarschijnlijk uitgevoerd door politie, die regelmatig gelinkt worden aan afrekeningen om zo hun tegenstanders de mond te snoeren. Marielle staat op plaats vier van politici die de afgelopen verkiezingen de meeste stemmen behaalden en zij was de eerste progressieve zwarte politica die plaats nam in de gemeenteraad van Rio de Janeiro. Haar zetel in de gemeenteraad betekende een keerpunt voor de vertegenwoordiging van lagere sociale klassen en minderheden. Marielle woonde en werkte in de grote sloppenwijk “Favela do Marê”, waar drugs- en politiegeweld onderdelen vormen van de dagelijkse realiteit. Deze wijk is momenteel onder controle van het federale leger, dit werd beslist na afloop van meerdere veiligheids incidenten. Als voorzitster van de mensenrechtenraad, bracht Marielle wandaden en executies uitgevoerd door de politie aan het licht, onder meer de moord op twee meisjes van 13 en 19 jaar oud. Haar aantijgingen brachten duidelijk aan het licht dat politiegeweld op zwarte en arme mensen in de sloppenwijken disproportioneel hoger ligt dan bij andere burgers.

Een mogelijk motief voor de moord op Marielle Franco is het feit dat zij meerdere leden van het politiekorps aanwees en identificeerde als daders van executies op mensen uit de sloppenwijken. Deze aantijgingen vormen een grote bedreiging voor de politie, die deze gebeurtenissen normaliter verbergt via doofpotoperaties. De nood om het politiesysteem - dat doordrongen is van corruptie en machtsmisbruik - te reorganiseren komt opnieuw aan bod in het maatschappelijk debat en dit terwijl de sloppenwijken momenteel gecontroleerd worden door het leger. Ook de vraag hoe deze executie kon uitgevoerd worden, terwijl het leger de formele macht over het grondgebied in handen heeft, blijft onbeantwoord. Als reactie op de executie van Marielle Franco zijn massale burgerprotesten ontstaan, tijdens deze demonstraties werd de controle van het leger weggezet als ondemocratisch. De burgers denken dat de effectieve controle van het leger meer doden zal veroorzaken, waarbij vooral de arme burgers in gevaar blijken te zijn. Het leger is momenteel aanwezig in de sloppenwijken om de onrust te stoppen en veiligheid te garanderen, aan de andere kant worden de sociale oorzaken van armoede - die de oorzaak zijn van de gewelddadige conflicten - over het hoofd gezien. Sociale investeringen zijn daarom broodnodig in Rio de Janeiro.

(EN): Marielle Franco, a promising young black politician and human rights activist from Rio de Janeiro’s slums, was brutally murdered on March 15 with 11 bullets fired by two cars in an action which is typical for the death squads of Rio de Janeiro. Human rights organizations, people's movements and the criminal investigators do not doubt that this was an execution, presumably controlled by criminal police officers who regularly organize themselves in death squads to silence opponents. Marielle was the 4th most voted candidate in the last municipal elections and was the first progressive black female politician to take place in the powerful city council of Rio. This was a new breakthrough for representatives from the poorest classes to take part on political responsibilities. Marielle lived and worked in the huge slum "Favela do Marê", where drug and police violence constantly take place and which is currently controlled by the Brazilian army, due to security threats. As chairwoman of the Human Rights Council of Rio, Marielle laid down a series of formal charges about the clandestine executions that the police has performed in the favelas, including the recent murders of two girls, aged only 13 and 19-years-old. The charges clearly show that the police and army actions are mostly directed against poor people with a black skin.

A possible motive for the murder is the fact that Marielle Franco named several members of police forces and identified perpetrators of previous crimes within these forces. This forms a big threat to the criminal police officers who normally are not held responsible for the outcomes of their actions. The need for reorganization of the - in its majority - corrupt and criminal Rio police department is now being discussed while the army is still in control of the territory of Rio de Janeiro. The question is raised why the state terror through the death squads continues unpunished while the army took over, to reinstall "order and security”. In response to the murder of Marielle Franco, mass demonstrations followed with an appeal to end the explicit violent waves in Rio and the various forms of state terror. During the manifestations, the current army occupation of Rio de Janeiro itself was also denounced as a fundamental break of Brazilian democracy. The army tanks with their guns pointing to the slums will probably increase the death toll among the poor residents, ignoring the approach of the causes of poverty that lie just under the violent conflicts, and should be tackled by social investments instead of increasing military actions.

Bronnen/Sources: De Standaard & Globo.com

 

federal intervention in rio awakens 'ghost images' about the role of the army

Brazil’s military has taken over security in Rio de Janeiro after a spike in violence tainted the city’s Carnival celebration. The military intervention, the first of its kind since the end of Brazil’s military dictatorship in 1988, will be in effect until December. The effective control of the army has brought traumas of Brazil’s last military dictatorship back to live within several communities. While public security experts and human rights activists expressed some doubts about the ongoing measure, it was the army commander himself - general Eduardo Villas Bôas - who stated that this could lead to the establishment of a new “Truth Commission”. Such a commission was established by the government of Dilma Rousseff and investigated serious human rights violations during the last military dictatorship, 377 people were made responsible by the commission for several crimes. Implying that such a commission would be needed again after the military intervention, could be seen as implying that human rights violations are currently taking place on a daily basis.

Source: El Pais

 

Intervention in rio: collective search warrants are illegal and criminalize poverty, say jurists

The Brazilian minister of defence, Raul Jungmann, has stated that the possibility of using search warrants and collective seizure by the federal military within the communities and slums of Rio de Janeiro is being evaluated. By this statement, the minister confirms that the government is designing and discussing policies which will allow security forces to enter any home within a certain community or slum while searching for drugs, weapons or evidence of suspected crimes. The minister furthermore mentioned the possibility of handing out collective arrest warrants, but this proposal was quickly withdrawn due to its unconstitutionality and incoherence with human rights provisions.

Source: BBC

 

duterte administration embarks on charter change and shift to federal system of government amid criticisms

Currently, a constitutional discussion within the Philippines is taking place. The main question is whether or not the country should become a federal state. The creation of a federal state was one of the pillars of president Duterte’s election campaign, according to the president this constitutional shift would improve the economic situation in several provinces that have to conquer continual poverty. The house of Representatives mainly supports Duterte’s will for federalism. On the other hand, critics have accused members of Parliament for wanting to centralize more powers to the federal state and therefore extending their and the president’s stay in office. By now, president Duterte has established a Consultative Committee to ‘study, conduct consultations and review’ the constitution in line with the government’s proposal to create a federal state. This constitutional discussion within the Philippines has been going on for several decades now, which may mean the country will shift to a federal state.

Sources: Channel News Asia & Inquirer (1) & Inquirer (2)

 

children and child rights advocates join international women's day celebration

On the 8th of March – International Women’s Day - thousands of women and men walked the streets of Manila. These women were joined by 75 children, Dengvaxia victims, parents and child rights advocates. The protest was aimed to raise awareness  for just wages, decent jobs, and access to social services for everyone. Furthermore the demonstrators raised their voices against the dictatorial and macho-fascist rule of president Duterte. Children, child rights advocates and parents were mainly concerned with issues affecting children directly, such as the Dengvaxia dengue vaccine controversy, the war on drugs, the intensifying militarization of schools and rural areas, and the martial law in Mindanao. Last but not least, the important role of women in creating a just world for children was recognized and underlined.

Sources: Bulatlat & Salinlahi Statement

 

poor senior high school graduates face uncertainty in employment

In 2012, the kindergarden to 12 basic education program was launched to help Filipino youth become more knowledgeable, employable and globally competitive. This program aims to provide children and youth with a 12-year education (instead of a 10-year education as earlier), after which they should be eligible for several positions within businesses. The government promised easy employment for SHS graduates without having to pursue higher education. However, a survey conducted by the Philippine Business for Education revealed that only one out of five companies were willing to accept SHS graduates. The main difficulty for SHS graduates will be to compete with college graduates. The League of Filipino Students, one of the largest student organizations in the country has therefore criticized the government’s claim of employability for SHS graduates and their failure to produce jobs and increase wages

Sources: Manila Bulletin & ABS-CBN News & RMN News

 

twelve filipinos are among the richest people on the planet

According to Forbes magazine’s annual ranking of the richest people around the world in 2018, 12 out of 2208 billionaires worldwide are Filipinos. These 12 Filipino billionaires own nearly a fifth of the Philippine domestic economy. This situation is unfair, but not uncommon. According to an Oxfam report, the world’s top one percent have received 82% of the wealth generated in 2017. Henry Sy – the Filipino tycoon and mall magnate - is now the richest man in Southeast Asia (and 52nd in the world). He has been listed as the richest person in the Philippines for the past ten years.  His fortune comes from retail business, banking, real estate, and tourism. He now has 67 malls in the country and seven in China.

Sources: Business Inquirer & Coconuts Manila

 

Violences en Ituri : 46.000 enfants déplacés, plus de 100 écoles ont interrompu les cours

Plus de 46.000 enfants qui sont en fuite à cause des violences interethniques qui ravagent depuis décembre dernier la province de l’Ituri, rapporte l’UNICEF. Plusieurs d’entre eux se sont réfugiés notamment en Ouganda voisin.

« Plus de 70 villages ont été incendiés lors des récentes violences. Plus de 76 meurtres à l’arme blanche ont été documentés, parmi eux une majorité de femmes et d’enfants. Au moins trois centres de santé et sept écoles ont été pillés et/ou incendiés, privant les enfants de soins de santé et d’éducation. L’UNICEF estime que suite aux violences, plus de 100 écoles ont interrompu les cours, privant 30.000 enfants de leur scolarité. L’UNICEF et ses partenaires ont identifié 70 enfants non-accompagnés et 245 enfants séparés de leurs familles en besoin urgent d’assistance sur le les alentours de l’Hôpital général de Bunia, la capitale de la Province de l’Ituri », souligne l’UNICEF dans un communiqué publié ce vendredi 16 février.

La Force de la MONUSCO a installé le 10 février 2018 une base opérationnelle temporaire dans la localité de Djugu, à 72 km de Bunia (Ituri), après une série d’activités militaires comprenant des patrouilles et des reconnaissances d’hélicoptères. C’est en réponse aux affrontements interethniques qui ont opposé des membres des communautés Lendu et Hema.

Source: Actualite.CD

 

Aujourd’hui, la RDC compte la plus grande population déplacée d’Afrique

Selon l’ONU, la RDC compte à ce jour la plus grande population déplacée d’Afrique avec plus de 4,49 millions de personnes déplacées internes, dont 2,7 millions d’enfants. Ces chiffres ont été donnés au cours de la conférence hebdomadaire de la MONUSCO ce mercredi 14 février 2018.

« La province du Nord Kivu demeure la plus touchée avec près de 1 100 000 personnes déplacées, représentant 25 % de l’ensemble du territoire, suivie du Tanganyika et du Sud-Kivu. 70 % d’entre eux se retrouvent dans les territoires de Lubero, Rutshuru et Masisi. Le nombre élevé de déplacements est dû à la recrudescence des affrontements entre les groupes armés et des opérations militaires contre ces groupes », rapporte le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA).

La même source souligne qu’en 2017, en moyenne 50 familles congolaises ont été contraintes de fuir leurs domiciles chaque heure.

Source: Actualite.CD

 

Chaque année 96.000 bébés meurent avant l’âge d’un mois (Unicef)

Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) s’alarme sur l’augmentation du taux de mortalité infantile en République démocratique du Congo.

Dans un rapport publié ce mardi 20 février 2018, l’agence de l’ONU fait état des décès de 96.000 enfants de moins d’un mois d’âge, chaque année en RDC. Des décès prématurés qui s’expliquent, d’après l’Unicef, entre autre, par des crises humanitaires qui y sévissent.

« Bien que la RDC ait fait des progrès considérables en termes de réduction du taux de mortalité infanto-juvénile, qui est passé de 148 pour mille naissances vivantes en 2007 à 104 en 2017, le nombre de décès des nouveau-nés reste élevé. La situation est aggravée, entre autre, par les conflits et les crises qui empêchent les femmes enceintes de recevoir des soins de santé appropriés pendant l’accouchement », dit le communiqué de presse de l’Unicef.

Face à cette situation, l’Unicef dit avoir lancé une campagne en faveur de nouveau-nés. Dénommée « Pour chaque enfant, une chance de vivre », la campagne vise à exiger que des solutions soient offertes aux nouveau-nés du monde entier.

« À travers cette campagne, l’UNICEF appelle instamment les gouvernements, prestataires de soins de santé, donateurs, secteur privé, familles et entreprises à donner à chaque enfant une chance de vivre par les mesures », dit l’agence onusienne.

Source: Radio Okapi

 

Nord-Kivu : les élèves de Nyamaboko risquent de connaitre une année blanche

Les élèves de deux groupements de Nyamaboko dans le territoire de Masisi (Nord-Kivu) risquent de connaitre de nouveau une année blanche comme c’était le cas l’année dernière, a alerté lundi André Ushindi Nkango, le président du parlement d’enfants de Kashebere à Walikale.

D’après lui, des milliers d’élèves d’environ sept localités de cette chefferie ont arrêté les cours depuis le 22 février dernier pour fuir avec leurs parents l’insécurité qui affecte la région. Depuis février, deux coalitions de miliciens s’affrontent pour le contrôle de certaines localités dans la zone.

Des combats meurtriers qui font souvent des victimes parmi les civils. De dizaines des milliers d’habitants de Nyamaboko ont préféré fuir ces combats pour trouver refuge dans cinq localités du groupement Waloa Uroba, dans l’Est de Walikale. Et sur place, leurs enfants n’étudient pas, relève M. Ushindi, le président du parlement d’enfants de Kashebere. « Et si l’enfant n’étudie pas, il devient une bombe à retardement pour le pays et surtout pour cette région déjà instable », avertit M. Ushindi, avant d’appeler à l’implication des autorités au niveau national pour la restauration de la paix à Masisi et la promotion de l’accès de tous les enfants à l’éducation.

Source: Radio Okapi

 

Sud-Kivu : plus de 11 000 déplacés enregistrés à Shabunda et Kalehe en une semaine

Plus de onze mille personnes déplacées, dont quatre mille trois cents élèves privés d’écoles, ont été recensés en une semaine au Sud de Shabunda et en territoire de Kalehe au Sud-Kivu. Le Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA) l’a fait savoir mardi 20 février dans sa note d’information couvrant la période du 6 au 19 février dernier.

La note d’OCHA parle aussi de 1 400 ménages déplacés dans des familles d’accueil à Kalungu près de Minova en territoire de Kalehe avec des besoins prioritaires en sécurité alimentaire, santé, éducation et protection.

Cette situation est due aux incendies de maisons, à la fermeture de 19 infrastructures scolaires du groupement Batali.

Source: Radio Okapi

 

La malnutrition s’invite dans les ménages

Plus de 29.000 enfants et 4.000 femmes enceintes et allaitant souffrent de la malnutrition dans la province Cankuzo, au Nord-Est du Burundi.

Les centres de santé accueillent deux fois par mois des centaines de femmes enceintes ou allaitant pour bénéficier de conseils et de suppléments nutritionnels. En effet, 29.402 enfants de moins de 5 ans et 4.200 femmes bénéficient de cette assistance dans les centres de santé. Un titulaire d’un de ces centres de santé confie que les victimes viennent des familles pauvres où l’alimentation équilibrée et saine est inaccessible.

« J’élève seule cinq enfants. Notre propriété est si petite que nous ne pouvons même pas récolter de la nourriture pour un mois. Le plus souvent, nous passons toute une journée sans rien manger », souligne Jeanine qui a deux enfants malade de malnutrition.

Source: Article paru dans le journal hebdomadaire IWACU, n°466 du 16 février 2018

 

Des élèves renvoyés de l’école pour l’enrôlement

Des élèves du Lycée communal Giheta, en province Gitega, ont été renvoyés mardi 13 février parce qu’ils n’avaient pas de récépissés attestant leur inscription pour la participation au référendum constitutionnel. Léonidas Ntakarutimana, directeur de l’établissement, leur a ordonné de ne retourner aux cours que lorsqu’ils seront munis de ces récépissés.

Source: Article paru dans le journal hebdomadaire IWACU, n°466 du 16 février 2018

 

Vers la mise en place de la politique d’éducation

Avec le concours de la Maison de l’Unesco pour la Culture de la Paix au Burundi, le ministère en charge de l’éducation veut élaborer une politique enseignante. C’est dans ce cadre qu’une étude actualisée sur la question enseignante a été validée jeudi le 15 février 2018. Elle revient surtout sur les problèmes récurrents en matière d’éducation : les sureffectifs dans les classes, les taux d’abandons et de redoublements élevés, les recrutements, la formation et la qualification des enseignants….

Le gouvernement burundais a instauré pas mal de réformes dans le système éducatif. L’on se souviendra de la gratuité de l’enseignement, de la réforme de l’école fondamentale et de l’introduction du système BMD dans l’enseignement supérieur. Certes, ces réformes ont produit des effets positifs (surtout en ce qui concerne l’augmentation du taux brut de scolarisation), mais les besoins en éducation ne cessent d’augmenter.

La réforme de la gratuité de l’enseignement en vigueur depuis 2005 a permis l’amélioration des indicateurs d’accès à l’école. Les effectifs des lauréats pour la première année de scolarisation ont triplé. Parallèlement la demande en termes d’infrastructures, de manuels scolaires, de ressources humaines et financières ne cesse d’augmenter. D’ici 2030, les estimations projettent la population scolarisée à 5 000 000 d’élèves. Avec un ratio élèves/classe de 50 et un taux d’encadrement de 50 élèves par enseignant. Et il faudra le double d’enseignants et de classes disponibles aujourd’hui, prévient l’étude sur la question enseignante.

Source: BurundiEco

 

Trois ans après, toujours pas de diplôme de baccalauréat !

La première promotion de la réforme Baccalauréat-Master-Doctorat (BMD) est sortie en 2015. Mais le diplôme ne sont toujours pas disponibles, six ans après l’instauration de la réforme en 2012. Au grand dam des étudiants.

Les lauréats du système BMD affirment que des opportunités importantes leur filent entre les doigts faute de diplôme. C.I, un lauréat de la 1ère promotion de l’Université du Lac Tanganyika, a terminé son cursus en 2016. Cherchant une inscription en master dans une université en Ouganda, sa demande a été rejetée faute de diplôme de Baccalauréat.« C’est très dommage de devoir attendre plusieurs années pour avoir un document que nous méritons ; surtout qu’il permet de trouver un gagne-pain ».

Certains étudiants avaient déjà reçu des diplômes – moyennant une somme de 50.000Fbu (~16Euros) –  que le ministère de l’Education a par la suite qualifié de diplômes « incomplets ». Les universités ont dès lors, sur ordre de ce ministère suspendu la délivrance des diplômes.Interrogé, le directeur général a.i de l’enseignement supérieur, affirme que la Commission nationale de l’enseignement supérieur (CNES) vient d’instaurer un nouveau diplôme de baccalauréat ayant la même valeur que le diplôme de licence. Cette décision a été prise vers la fin de l’année 2017.

Source: Article paru dans le journal hebdomadaire IWACU, n°468 du 02 mars 2018